Quel impact carbone des kits recettes sur l’environnement ?

impact carbone des kits recettes

A première vue, avec ses livraisons de produits frais en 24h au pied de votre porte, on pourrait se dire que les sites de panier recette ne sont pas ce qu’il y a de plus écologique, et avoir des doutes sur l’impact carbone des kits recettes. Mais en creusant un peu plus, on se rend compte que la situation n’est pas aussi simple que cela… et réserve finalement plutôt des bonnes surprises. On vous explique tout !

1. Quantité ajustée = moins de gâchis

Commençons par une réalité terrible : dans nos pays occidentaux, le gâchis alimentaire est immense. A tel point que si on considérait le gâchis alimentaire comme un pays, celui-ci se classerait juste derrière la Chine et les Etats-Unis en troisième position. 8% des émissions mondiales de CO2 sont dû aux déchets alimentaires. Un scandale. Une des principales sources de gâchis c’est… nous. En effet, d’après une étude de l’ADEME de 2016, nous représentons 1/3 du gaspillage alimentaire soit… 29 kg de nourriture jetés par an et par personne !

image 2
Extrait de l’enquête ADEME de 2016

Les principales raisons sont très simples :

  • Le packaging, les promotions et autres actions marketing nous encourage à acheter plus que necessaires (les fameux 2 achetés, le 3ème offert, etc…)
  • Des quantités non adaptées aux plats finalement cuisinés
  • Des courses qui sont aujourd’hui faites « à l’instinct » et non en fonction de ce qui va réellement être cuisiné

C’est là une différence notable avec le fonctionnement des paniers recettes, puisque le principe de base est de vous livrer que les produits ET les quantités nécessaires pour réaliser les recettes choisies. En inversant la logique qui est majoritaire aujourd’hui, une étude d’HelloFresh estime que le gaspillage est réduit de 69% au niveau de l’achat et de 21% au niveau de la consommation par rapport au Supermarché. Une bonne nouvelle pour l’impact carbone des kits recettes.

image 3
Graphique issu de la présentation annuelle 2020 de HelloFresh : Gaspillage alimentaire par € de chiffre d’affaires

2. Circuit court = moins d’intermédiaire

Si 1/3 du gaspillage alimentaire est de notre responsabilité directe en tant que consommateur, il reste les 2/3 qui sont réalisés en amont! Et plus vous avez d’intermédiaire, plus vous multiplier les pertes. Or le modèle des sites des paniers recettes est d’être majoritairement en direct des producteurs, ou tout au plus avec un seul intermédiaire. Cette organisation permet de réduire au strict minimum le gâchis.

De la même manière, vous avez sûrement remarqué que les sites qui proposent des kit recettes, vous impose une petite contrainte : vous devez confirmé votre choix de recette 3 à 5 jours avant d’être livré. La raison est simple : ils vont alors être capable de commander la juste quantité nécessaire. C’est là aussi un fonctionnement vertueux qui permet de limiter le gaspillage.

circuit court les commis
Exemple de circuit court illustré par lescommis.com

Enfin, en limitant les intermédiaires, on limite aussi la logistique et le transport. Un circuit court, un approvisionnement en direct auprès du producteur permet de limiter les livraisons et d’émettre ainsi moins de CO2. De cette façon, l’impact carbone des kits recettes est limité au strict nécessaire.

3. Pas de surface de vente = moins de consommation électrique

Connaissez-vous la consommation moyenne en électricité d’un supermarché ? Entre les néons, les équipements frigorifiques et les autres systèmes informatiques avec un fonctionnement de jour comme de nuit, les chiffres sont pharaoniques. Ainsi un supermarché moyen de 1350m² consommerait 607 500 kWh par an ! Si ce chiffre ne vous dit rien, cela correspond à la consommation moyenne de plus de 30 maisons de 100m². Et on ne parle même pas des hypermarchés qui peuvent dépasser les 5 millions de kWh (soit presque 280 maisons de 100m²).

Trois pistes pour réduire la consommation de...
Répartition des consommations d’énergie en hypers et en supermarchés, en %. Source : Perifem via lsa-conso

Du côté des sites qui préparent des paniers recettes, même si des centres logistiques sont nécessaires, les besoins sont bien moindres. Une étude d’HelloFresh (ce sont malheureusement les seuls à communiquer de manière transparente sur le sujet) permet de mesurer l’impact carbone des kits recettes à ce niveau. De ce fait, ils estiment que leurs centres logistiques ont une empreinte carbone inférieur de 84% à un supermarché traditionnel.

4. L’impact carbone des kits recettes : un geste pour l’environnement ?

En prenant en considération des éléments que nous venons d’énumérer, Les box à cuisiner sont finalement une bonne solution par rapport à la société d’hyperconsommation matérialisée par les supermarchés. Pour être exhaustif, il faut tout de même pointer du doigt la livraison réfrigérée, qui en plus d’être source de CO2, peut dégager des gaz réfrigérants polluant en cas de mauvais entretien des flottes de véhicule. Mais là encore, la situation n’est pas aussi simple. En effet, une étude anglaise a calculé qu’en deçà de 6,7km pour faire ses courses, la livraison à domicile devient plus écologique… même si cela dépend finalement de votre moyen de transport !

Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, le blog de Lafourche vous donnera plein d’indication et d’information sur le sujet.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *